nous sommes convaincus que la recherche et le design se pratiquent avec exigence et conviction.

Ces engagements se traduisent dans notre démarche et quotidiennement au sein de notre coopérative Où sont les Dragons, née de la rencontre entre Apolline Le Gall, enseignante-chercheuse en sciences sociales et Joachim Savin, designer.

Nous avons développé ensemble une approche singulière de recherche-design qui concilie rigueur théorique et créativité. Ainsi, nous abordons les projets en plaçant au même niveau les connaissances scientifiques, l’intuition, les études de terrains et les critères esthétiques, comme une matière à mettre en forme. Parallèlement, notre travail de recherche et théorisation se nourrit de nos expériences et des outils que nous mobilisons dans nos projets.

une approche systémique
et interdisciplinaire

Nous embrassons la complexité et envisageons les situations dans leurs multiples dimensions sociales, techniques, environnementales, économiques, juridiques… Parce que la “vraie vie” ne connaît pas de frontières disciplinaires.

qui a de la valeur
et des valeurs

Nous cherchons à construire des projets qui ont du sens et de la valeur pour tous les acteurs grâce à l’analyse théorique et critique de la recherche et à la vision tant culturelle que symbolique du design. Parce que le design est le dessin d’un dessein.

émancipatrice
et durable

Nous cherchons à proposer des projets pertinents et constructifs, qui émancipent et forment les individus ou les collectifs, et tendent vers un environnement social, économique et technique durable. Parce que nous sommes conscients du pouvoir et de la responsabilité des designers dans la construction du monde de demain.

Apolline Le Gall est une enseignante et chercheuse dont le parcours et la recherche sont caractérisés par la pluridisciplinarité.

Après un master Sciences Po Grenoble (en partenariat avec les Écoles d’Ingénieurs de Grenoble), portant sur les thématiques « Sciences et Société », elle réalise une thèse, à la croisée des Sciences de Gestion, de la Sociologie et du Design intitulée : « Les épreuves de valuation dans le design de services innovants : le rôle des représentations visuelles » (Université Grenoble-Alpes x ENSCI-Les Ateliers).

Avec une approche pragmatique fondée sur la notion de « valuation » (John Dewey), ce travail analyse la dimension politique et sociale du design, en tant que processus d’élaboration et de négociation de valeur(s), à travers l’analyse de sa matérialité : dessins, maquettes, prototypes, etc.

Ses recherches se sont depuis portées sur le rôle et les effets du design dans des dispositifs de formation à l’innovation par ou avec le design, le design des organisations, le design du droit (ou legal design), la représentation et la modélisation de modèles économiques et visions stratégiques.

Joachim Savin est un designer intéressé par les systèmes, leur architecture et leur médiation.

Après une formation initiale aux métiers du bois, entre technique industrielle et artisanat, Joachim poursuit son apprentissage de la conception et de la mise en forme de contraintes et de sens à l’ENSCI les ateliers. Son parcours est marqué par une progressive montée en abstraction, de l’objet à l’espace, de l’espace au service, du service à la stratégie de marque.

En parallèle il met à profit son expérience technique pour travailler en tant que designer d’objets et d’espaces de vente.

Passionné par le monde l’entreprise et son écosystème, Joachim questionne les représentations de la hiérarchie, de la gouvernance et de l’idéologie qui les animent au cours d’un premier travail de recherche “Cartographie d’un territoire flou” et poursuit lui-même de multiples aventures entrepreneuriales.

D’abord associé fondateur du studio Escabo, où il travaille pendant deux ans et développe une vision globale de l’identité de marque et du lien entre graphisme et objet, il fonde ensuite Les Surligneurs, média d’information juridique avant de créer la coopérative Où sont les dragons.

Claire De Beir est consultante en design stratégique et s’intéresse à la question des changements de paradigmes des marques à l’heure des transformations technologiques et sociétales.

Son parcours est marqué par le passage des études d’opinion au conseil, du diagnostic à l’idée, de l’abstraction au sensible. Il démarre dans les instituts de sondage, se poursuit au sein d’agences de communication, comme Publicis Consultants, puis chez Veolia, où elle est directrice de la marque et de la publicité et accompagne la transformation organisationnelle et business du groupe.

Diplômée de Sciences Po Paris et d’une maîtrise de Lettres Modernes à la Sorbonne, Claire a enrichi plus récemment sa pratique professionnelle par le master spécialisé “Innovation by design” de l’ENSCI. Son mémoire de diplôme témoigne de son goût pour rendre accessible et sensible des problématiques abstraites et complexes. Elle conçoit un essai-fiction graphique, littéraire et sonore réinventant le dialogue entre marque, expérience et design au travers de la mise en abyme d’une marque – personnage.

Elle aborde aujourd’hui la question de la marque de manière systémique, en lien avec l’organisation qui la porte, l’offre de service qui l’incarne et les usages auxquels celle-ci répond.

Louise Geday-Volait et Marine Depery sont deux designers graphiques spécialisées dans la communication visuelle didactique.

Né de leur collaboration qui a débuté dès l’école, studio samedi conçoit des images simples pour communiquer des idées complexes. Selon le contexte et le besoin, ces projets prennent la forme d’identités visuelles, de signalétiques, de typographies, de projets multimédia ou encore d’éditions…

Au-delà de leur formation commune à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, à Paris, en design graphique et multimédia, elles ont chacune un parcours et une sensibilité propres, et c’est dans cette complémentarité que réside la richesse du studio.

La combinaison de leurs deux pratiques personnelles complémentaires résulte en une approche rigoureuse, presque scientifique, du design graphique : Louise et Marine conçoivent toujours leurs projets autour d’une structure précise. Imaginant ainsi un « système » graphique et des règles du jeu qui leur permettent ensuite de décliner l’univers graphique du projet sur tous les supports.